Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘photos’

La saison s’avance mais on trouve encore des crosses de fougère à photographier et à déguster.

Fougere (1)

Des gourmets, amateurs de nature, font la cueillette de cette plante sauvage, pourtant toxique pour l’homme et les animaux.

Bon nombre d’espèces de fougères sont protégées mais on peut ramasser la fougère aigle, faiblement toxique, que l’on trouve partout dans nos sous-bois.

Le taux de dérivés de cyanure augmentant avec la maturité, il faut choisir uniquement de très jeunes pousses de 10 à 15 cm. Elles se mangent cuites après une longue préparation pour enlever les toxines et le mucilage.

On les apprécie au Canada, on en raffole en Asie, au Japon, en Corée, aux Philippines où on les consomme fraîches ou séchées.

Fougere (2)

Read Full Post »

Carnaval

Quelques portraits faits dans la grisaille et le froid lors du défilé carnavalesque, dimanche dernier.

Carnaval_2016 (4)

Carnaval_2016 (2)

Carnaval_2016 (5)

Carnaval_2016 (3)

Carnaval_2016 (1)

Read Full Post »

C’est aux USA, au cœur des déserts de l’ouest et à la fin des années 1960, que des artistes ont commencé à installer leurs œuvres en pleine nature, inaugurant ainsi une nouvelle tendance artistique, le land art.
Les sites sont minutieusement choisis et les œuvres, souvent gigantesques. Les artistes du land art tirent profit des matériaux trouvés sur place et travaillent le bois, la pierre, le sable ou le végétal. La nature est au cœur de l’œuvre, elle la fait naitre et disparaître, lentement, en l’exposant aux éléments et à l’érosion naturelle. Beaucoup d’œuvres ne sont plus qu’un souvenir photographique.
Officiellement, le land art est né d’une volonté de sortir l’art des musées et des galeries, de rejeter sa marchandisation le réservant à une élite.
Les quelques œuvres présentées ici s’inscrivaient dans le cadre de l’édition 2015 du programme « Horizons, Arts Nature en Sancy ».
Je ne m’autoriserai pas à émettre d’avis sur leur qualité artistique si ce n’est pour dire que la glose dont certains artistes entourent leurs réalisations dépasse parfois largement l’émotion qu’elles déclenchent chez le regardeur. Il n’en demeure pas moins que ces installations ont été comme autant de jalons singuliers, insolites, sur un agréable parcours de randonnée autour de la magnifique chaîne des puys.

Relais par Anabelle SORIANO. Entre la Banne d’Ordanche et Le Puy Gros.

Kern avec vue.

Land_art (1)

J’ai rêvé d’un château par le Collectif TIME MAKER’S. La Roche Vendeix (La Bourboule).

Sur l’emplacement d’un château médiéval dont il ne reste plus aucune trace.

Land_art (2)

Sinfonia invisible par Tiziana BERTONCINI. Près des cascades de Chiloza (Besse).

Ici il faut écouter le chant de ces orgues suspendues.

Land_art (3)

Walden raft par Florent ALBINET et Elise MORIN. Lac de Gayme (Picherande).

Référence à Walden ou la Vie dans les bois de Henry David Thoreau.

Land_art (4)

Zones de turbulences manifestement aggravées par Roland CROS. Puy de Chambourguet (SuperBesse).

Land_art (5)

Read Full Post »

« Mortel accablement des moissons à leur apogée ! De l’aurore à la nuit, les jours se gonflaient d’heures. A perte de vue, le blé, l’orge et le seigle jonchaient la terre ensoleillée. Sur les pentes et dans la plaine, aussi loin que pouvait porter le regard, les moissonneurs, minuscules marionnettes, peinaient contre les frissonnantes étendues blondes. De l’aurore à la nuit, animés par une grande fièvre, les bras et les échines s’acharnant, ils livraient à la glèbe un poussiéreux combat dans le brasier bleu de l’été. A l’empressement de chacun on eût dit qu’une menace était suspendue aux confins du ciel et de l’horizon. Mais leur effort était sans mystère et sans conscience ; et sans impatience leur hâte. Un scintillement nacré s’élevait au-dessus des épis mûrs puis, pulvérulence des sillons piétinés, retombait, impalpable, sur les torses brunis des hommes, sur les bras hâlés des femmes. Une odeur puissante et âcre d’aisselles moites et de poitrines luisantes se mêlait au fade parfum des coquelicots. Et, toujours ce sifflement crissant des faux, ce halètement cadencé des faucheurs qui s’avançaient à contre-jour comme des ombres, sous un soleil figé au fond des cieux polis et durs… (…) »

Raymond Guérin. Les poulpes (1953), Éditions le Tout sur le Tout, page 42.

Heure bleue sur les champs.

BLOG_moisssons(2)

BLOG_moissons(4)

Derniers rayons de soleil sur les blés.

BLOG_moisssons(3)

BLOG_moissons(1)

Read Full Post »

Jour de chance dans la brousse.
On n’en croit pas ses yeux, le cœur s’emballe, la main se met à trembler et subitement on ne sait plus faire de photos.
Le léopard est difficile à repérer et à observer.
Il vit caché, chasse la nuit et se repose dans des lieux ombragés la journée.
Mais il est là, je te dis, dans l’arbre!
Passé le choc de la découverte, la photo, on la veut.
Rien ne va plus : Il est trop loin, on n’a pas le bon objectif, il est trop dans l’ombre, aïe, toujours cette branche au mauvais endroit…

On a peur de tout louper, on mitraille.

Léopard. Parc national Kruger, Afrique du Sud.

leopard_1

Read Full Post »

La route de nos vacances est passée par Navacelles.

Le site de Navacelles est un cirque naturel formé par un méandre recoupé de la rivière la Vis, dans d’impressionnantes gorges entre le causse du Larzac au sud (Hérault) et le causse de Blandas au nord (Gard).

Le hameau de Navacelles, partagé entre les communes de Saint-Maurice-Navacelles (Hérault) et de Blandas (Gard), se situe au recoupement du méandre marqué par une cascade.

Le cirque de Navacelles a été inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Le point de vue depuis la route en surplomb offre un panorama exceptionnel.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

cirque_de_navacelles (4)

cirque_de_navacelles (5)

Le hameau de Navacelles et la cascade.

cirque_de_navacelles (1)

Dans le hameau de Navacelles.

cirque_de_navacelles (2)

La Vis, à Saint-Laurent-le-Minier, en aval de Navacelles.

cirque_de_navacelles (3)

Cascade sur la Vis, à Saint-Laurent-le-Minier.

cirque_de_navacelles (6)

Cerisiers en fleurs.

Read Full Post »

Saint Cirq-Lapopie, village médiéval surplombant le Lot, première étape sur la route des vacances.

Saint Cirq-Lapopie, où, un jour de 1950, André Breton a cessé de se désirer ailleurs.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir).

st_cirq_lapopie (1)

Vue d’ensemble du village de St Cirq-Lapopie (Lot).

st_cirq_lapopie (3)

st_cirq_lapopie (2)

st_cirq_lapopie (4)

maison-andre-breton

Maison d’André Breton.

st_cirq_lapopie (5)Sur l’autre rive du Lot et depuis la terrasse de notre hôtel, vue sur la falaise et l’église fortifiée.

hotel_st-cirq_f2

Hôtel « Le Saint Cirq », la Tour-de-Faure.

hotel_st-cirq_f1

A l’heure du petit déjeuner.

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »