Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘photographie’

Fabien Lecoeuvre et Robert Hue.

Fabien_Lecoeuvre_et_Robert_Hue

Tristane Banon et Michel Field.

Tristane_Banon_et_Michel_Field

Véronique Genest et Jean-Pierre Darroussin.

Veronique_Geneste_et_JP_Darroussin

Eric Emmanuel Schmitt et Audrey Pulvar.

Eric-Emmanuel-Schmitt_et_Audrey_Pulvar

Read Full Post »

Pâques, sa fraicheur, son ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle et ses bruines importunes et sans fin qui abolissent les efforts du printemps.

A quelque chose, pourtant, malheur est bon et les enfants, privés de promenade, ont sorti les boites de couleurs pour peindre les œufs de Pâques.

Tandis qu’ils rivalisent de créativité avec les chocolatiers, j’ai moi aussi décoré des œufs mais, à la couleur, j’ai préféré la décoloration.

oeufs_Paques_2015 (6)

oeufs_Paques_2015 (2)

oeufs_Paques_2015 (1)

oeufs_Paques_2015 (5)

oeufs_Paques_2015 (4)

Read Full Post »

Retour en images sur les gelées empoudrées du mois de janvier, au petit matin.

frosty_morning

 ♦

frosty_morning_1

Mais à présent, Mars s’invente un printemps.

Read Full Post »

Petite sortie au jardin botanique.
Janvier, oui, et alors ? Je fais confiance.
Les dictats de la saison n’ont pas forcément raison de toute la végétation. Surtout si elle est exotique.
C’est ce que je me disais, partant d’un bon pas, sous un ciel sombre et venteux, impatiente de trouver là-bas lumière, couleur et qui sait, peut-être la chaleur.
Patatras, le jardin est sens dessus dessous !
Des camions encombrent les allées et les jardiniers, omniprésents et tapageurs, s’activent dans les parterres. Furieux, affamé, les narines dilatées, progressant dans un nuage pulvérulent, un dragon rugissant ingurgite branches et feuillages fraichement coupés. Même pas peur !
Envolé le rêve de petit paradis, l’hiver règne en maître ici aussi et impose ses travaux. Tenace comme un détective, je me lance à la découverte du moindre indice, du moindre signe de vie.

 ◊

Jasmin jaune – Aucuba du Japon panaché (photos du haut)

Arum – Ajonc (photos du bas)

blog_indice (2)

blog_indice (1)

Daphné odorant et choux d’ornement.

blog_indice (3)

Read Full Post »

On va parfois bien loin pour voir des fauves quand les évènements récents nous prouvent qu’ils viennent jusqu’à nous.

Quant à ceux-là, on est ravi de croiser leur route.
Il faut ouvrir l’œil. Silence et connivence avec la nature sont leurs meilleurs amis mais le lion est paresseux, il passe son temps à dormir et facilite ainsi la traque du photographe.

Lion et lionceaux dans la réserve de Nkomasi.

lion_et_lionceaux

Lionne dans le parc national Kruger.

lionne

Lions dans le parc national Kruger.

lions(1)

Lionnes, mères des sept lionceaux (1ère et 5ème photos).

lionnes

Lion et lionceaux à Nkomasi.

lion_et_lionceaux(1)

Deux lions au repos dans le parc national Kruger.

lions

Aperçu de notre tente dans le lodge de Nkomasi.

Nkomasi

Le lodge est situé près d’une rivière tout aussi habitée que le bush.

P1300084

Read Full Post »

L’ombre du zèbre n’a pas de rayures.
On attribue cet aphorisme à René Char.

Les zèbres s’habillent en Prada, Dior ou encore Saint-Laurent, c’est du sur-mesure. Design, leurs robes sont des pièces uniques et dans le bush sud-africain, croyez-moi, le défilé est particulièrement réussi.
Chaque imprimé est une véritable signature ; ainsi les zèbres portent-ils avec fierté leurs empreintes digitales sur le dos.

Quant à leurs ombres, simples prêt-à-porter, je peux l’affirmer : toutes les mêmes, même coupe, même ton et pas de rayures !

zebresLes Red-billed oxpeckers ou pique-bœufs à bec rouge (Buphagus erythrorhynchus) débarrassent les animaux de leurs parasites (photo en haut, à droite).

zebres (2)

zebres (1)

zebres (3)

paint-brushPaintbrush (Scadoxus Puniceus)

En octobre, le printemps est annoncé par les paintbrushes qui parsèment le bush de taches orange lumineuses. Attention, la belle est attirante mais toxique de la racine à la pointe des feuilles !

zebre(4)

Read Full Post »

« L’homme me servit des œufs à la poêle et des tranches de jambon. Quant à lui, il s’assit en face de moi, à la grosse table de chêne, et se mit à manger en désordre des tomates crues. Il les saisissait dans ses mains, les partageait en deux avec son coutelas, les saupoudrait de sel, de poivre, d’ail et de clous de girofle, et les avalait d’un trait. Il les préférait grosses, épaisses à triple menton, toutes pâmées, toutes lourdes, comme des hanches. La chair des tomates est énorme et sensuelle. Elles sont humides de jus et d’humeurs écarlates, ivres de vinaigre et de sucre. Ô tomates mûres, vous êtes la joie du monde et la volupté des intestins. Votre chair âcre et molle est nourrissante comme des seins, rose comme les pubis. Sous une peau transparente pareille à une paupière, vous cachez et tour à tour vous montrez une substance pure et pesante, une sorte de pâte mondiale, un éther rouge tout constellé de graines ou d’astres. Vous êtes des systèmes solaires, ô tomates, des systèmes solaires et des ventres de femmes, des ventres de femmes et les cervelles de la Terre. Vous recelez en vos flancs les rouges les plus épais et les pourpres les plus écarlates. Ô tomates cardinales, qui sentez le Pape, le Soleil et le Mikado, tomates qui êtes l’essence et la bile du Grand Pan, tomates qui avez la densité de l’or et le volume des cœurs, vous êtes autrement belles, autrement désirables qu’une âme, ô tomates! ».

« Choléra »,  Un amateur de tomates, chapitre XI, p. 167, Joseph Delteil, Œuvres complètes, Éd. Grasset.

tomates

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »