Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘automne’

Inspiration « Rentrée des classes » pour ce début septembre.

Fournitures périmées, réformées et recyclées en objets de collection.

porte-plume(1)

Au clair de la lune, Mon ami Pierrot, prête-moi ta plume, pour écrire un mot

porte_plume(2)

Finis les doigts tachés d’encre violette, les pâtés et les trous dans le papier. C’est à la fin des années 60 que les porte-plumes ont été définitivement remisés dans les placards.

porte-plume(3)

Read Full Post »

En attendant l’hiver, on profite encore des orangés des dernières capucines.

automne (1)

Au jardin, les toupies de potimarrons, aux couleurs rouge brique, réinventent le décor.

automne-f

L’automne

Lâche comme le froid et la pluie,
Brutal et sourd comme le vent,
Louche et faux comme le ciel bas,
L’automne rôde par ici ;
Son bâton heurte aux contrevents ;
Ouvre la porte, car il est là.
Ouvre la porte et fais-lui honte…

Car je le connais bien, c’est lui
Qui vint l’autan avec des phrases,
Avec des sourires et des grappes,
Parlant du bon soleil qui luit,
Du vent d’été qui bruit et jase,
Du bon repos après l’étape ;

Il a soupé à notre table
–  Je le reconnais bien, te dis-je,
Il a goûté au vin nouveau,
Puis on l’a couché dans l’étable
Entre la jument et le veau :
Le lendemain, l’eau était prise ;
Les feuilles avaient plu sous la gelée.
–  Ferme la porte et les volets.

Qu’il passe son chemin, au moins,
Qu’il couche ailleurs que dans mon foin,
Qu’il aille mendier plus loin.
Avec des feuilles dans sa barbe
Et ses yeux creux qui vous regardent
Et sa voix rauque et doucereuse ;
À d’autres ! moi, je le reconnais,
Qu’il s’attife d’or ou qu’il gueuse.
–  Rentre la cloche : s’il sonnait !
Prépare une flambée : j’attends
Le vieil hiver au regard franc.

Francis Vielé-Griffin (« La Clarté de vie » – Mercure de France, 1897)

Read Full Post »

L’automne est un voyou. Il fait le malin, roule des mécaniques et se croit tout permis.

Il en fait des tonnes. Rien ne l’arrête, les giboulées font le quotidien. Les nuages, enrôlés malgré eux dans un marathon sans répit, accélèrent la cadence au rythme des bourrasques tandis que les arbres ondulent telles des anémones de mer dans cet océan de pluie.

L’automne joue aux déménageurs, la nature est sens dessus dessous et les feuilles, à terre, à peine touchées par la rouille.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

citrouille verte_f

Champignons : Amanite tue-mouches et Anthurus d’Archer.

rouge_automne_f1

Read Full Post »

Couleur pastel

Et humeur à l’avenant.

L’été a rangé ses crayons de couleur. Il n’attend plus que l’appel des oies pour lever définitivement le camp. Les bruines d’automne vaporisent les arbres pour hâter la rouille.

Derrière la grisaille du ciel, l’hiver déjà s’impatiente. Son avant-garde, sa cinquième colonne font des incursions matinales ou vespérales dans octobre. On relève le col en maugréant ou on pousse le thermostat. C’est la saison entre deux, la saison qui n’en est pas vraiment une. Simple passage de relais.

Quelques fleurs s’entêtent. Dans des tons qu’on peut trouver plus doux ou, simplement, délavés.

Il va falloir s’en contenter.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Au lever du jour, un matin d’été, dans mon jardin.

couleur_pastel (3)f

Ultime fleur du bignonia. Rose trémière.

Fleurs de succulente sous la pluie. Le rose buvard des fleurs de sédum.

couleur_pastel (1)f

Les fleurs de sédum annoncent la fin de l’été.

couleur_pastel (2)f

Echinacea purpurea. Un hôte indésirable.

couleur_pastel (4)f

Deux visiteurs plus appréciés : un Tircis (Pararge aegeria) sur l’hortensia et mon petit écureuil glouton.

couleur_pastel (5)f

Read Full Post »

Voici que la saison décline

Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond.

Victor Hugo (1802-1885).

Au jardin, on goûte encore les plaisirs de l’été !

DSC_0016_bis

DSC_0052_bis

DSC_0057_bis

DSC_0103_bis

DSC_0134_bis

Read Full Post »

Les récentes chutes de neige et les fortes gelées matinales voudraient nous faire croire à l’hiver. Il n’en est rien, le calendrier le dément, l’automne, même malade, est là, pour quelques jours encore.

Automne malade

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule

Guillaume Apollinaire

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

automne_malade_2

automne_malade_3

automne_malade_f

Au premier plan,  érable palmé (acer palmatum matsumurae) du Japon.

Read Full Post »

Avant la pluie

Gros coup de vent, dernier rayon de soleil juste avant la pluie.

-oOo-

Cliquez sur la photo pour l’agrandir.

-oOo-

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »