Feeds:
Articles
Commentaires

Feuilles d’automne

Nul besoin de calendrier, jours écourtés et températures fraîches, l’arbre sait que l’hiver approche et qu’il doit s’y préparer.

Les feuilles s’éclipsent avec élégance.

automne

automne10

automne-9

Novembre

J’aime l’automne, cette triste saison va bien aux souvenirs. Quand les arbres n’ont plus de feuilles, quand le ciel conserve encore au crépuscule la teinte rousse qui dore l’herbe fanée, il est doux de regarder s’éteindre tout ce qui naguère brûlait encore en vous.

Gustave Flaubert (1821-1880)
Incipit de Novembre, 1842

automne-1

automne-5

Automne (3).jpg

automne-4

automne-6

automne-8

automne-7

automne-2

Légend’Air

Tous les ans au mois de septembre, à Saint-Junien, à trente kilomètres de Limoges, une grande fête champêtre réunit, le temps d’un week-end, des milliers de passionnés d’aviation et d’amateurs de véhicules anciens.

Il y en a pour tous les goûts : vieilles motos, guimbardes colorées, camions de pompiers, modèles réduits, bandes dessinées, collections philatéliques, etc.

Le thème de cette année était la résistance en Limousin, au pays de Guingouin, où elle fut particulièrement active. Dans un petit bois en bordure de l’aérodrome, on avait reconstitué un camp du maquis et le parquet du « Bar du coup de vent », cet ancien bistrot, repaire des bals clandestins dans les années quarante et premier siège de l’aéro-club du Limousin, où des figurants en costume d’époque offraient aux visiteurs une plongée dans les heures sombres de l’Histoire. Pendant ce temps, dans le ciel, des as de la voltige enchaînaient loopings, tonneaux, vrilles et autres acrobaties à couper le souffle au-dessus des regards d’une foule venue nombreuse.

legendair-8

legendair-11

legendair-4

legendair-6

legendair-1

legendair-9

legendair-7

legendair-5

legendair-3

legendair-12

Galerie d’été

Méli-mélo de fleurs et d’insectes photographiés cet été.

blog_ete-1

blog_ete-2

blog_ete-3

blog_ete-4

blog_ete-5

Sur le plateau

Balade en Limousin dans le parc naturel régional des Millevaches qui répartit ses 1800 km² entre la Corrèze, le sud de la Creuse et l’extrême sud-est de la Haute-Vienne.

L’étymologie de son nom reste contestée (cf. Wikipedia), mais le décompte des bêtes à cornes n’est pour rien dans la dénomination. Parmi les diverses origines avancées, la plus généralement admise est celle qui y voit le plateau des milles sources (mille vacca).

plateau_de_millevaches

Pont de Senoueix sur le Thaurion.

pont_de_senoueix

Pays de l’eau, du hêtre, du pin Douglas, de la lande à bruyère et de la tourbière (e.g. tourbière de Longeyroux), le plateau des Millevaches est aussi l’habitat naturel d’une faune variée, dont la loutre d’Europe qui est devenue l’emblème du parc et qui figure sur le logo officiel.

Lande à bruyères.

tourbiere_de_longeyroux-1

La tourbière de Longeyroux, vieille de 8 000 ans, aux sources de la Vézère.

tourbiere_de_longeyroux-2

tourbiere_de_longeyroux-3

Le pont « La pierre ».

pont_la_pierre

Vaches limousines.

vache_limousine

La poudre noire

C’est au VIIIème siècle que les Chinois découvrent la poudre noire, mélange de salpêtre, de charbon de bois et de soufre. Les archers l’utilisent pour augmenter la portée de tirs des flèches, provoquer des incendies et enfin célébrer leurs victoires.

C’est au XIIIème siècle que Marco Polo aurait ramené cette fameuse poudre en Europe.

En 1615 est tiré un premier feu d’artifice en France, pour le mariage de Louis XIII avec Anne d’Autriche mais à cette époque, pas de couleurs dans le ciel, seulement du blanc, du doré et de l’argenté.

C’est à partir du XVIIIème que les feux d’artifice font vraiment leur apparition. Ils sont de plus en plus fastueux et des décors géants sont spécialement fabriqués pour chaque spectacle. C’est ainsi que l’on est passé de l’art de la guerre à l’art de la fête.

Au XIXème, la fabrication artisanale des feux devient alors une véritable industrie de la pyrotechnie.

Feu_artifice (1)

Feu_artifice (2)

Gauloiseries

Un vaste pré, oppidum improvisé au sommet d’une colline préventivement fauchée, des meules de foin parallélépipédiques disposées en cercle pour délimiter l’arène et servir de sièges ou de protection pour les spectateurs, une large promenade courant tout autour et bordée de tentes, de chapiteaux, de dais, tel était le décor des « Journées gauloises » de Saint-Gence, petit village de Haute-Vienne, berceau revendiqué des Lemovices dont la capitale régionale, Limoges, située à quelques kilomètres, tire son nom après que la ville, fondée par les Romains aux environs de 10 avant JC, se fut un temps appelée Augustoritum (le gué d’Auguste), laquelle – selon la tradition – aurait été édifiée sur les bases d’une implantation celte plus ancienne (Rita).

Ces « Journées gauloises » se sont déroulées les 2 et 3 juillet. Au programme, expositions, conférences, banquets gaulois et reconstitutions en costumes d’époque.

Les_Gaulois (1)

Les_Gaulois (2)

Les_Gaulois (3)

Les_Gaulois (4)

Les_Gaulois (5)