Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Récit’ Category

« Nez pour s’aimer » est une histoire d’amour.

La Compagnie Pêcheurs de Rêves met en scène une variation allégorique, tendre et poétique sur la naissance d’un « clownple ».

« Nez pour s’aimer » est un conte étrange qui se déroule dans un « ailleurs » onirique, imaginaire.

Dans un monde fait de bouteilles, de seaux et de plumes, Za et Krapote se rencontrent et s’explorent.

Ici, l’improvisation n’a pas sa place, tout est parfaitement calculé, maitrisé, rodé: pirouettes, escalades, danses, jongleries et art culinaire s’enchainent avec une vitesse et une concentration incroyables sur la minuscule scène ronde.

Il faisait chaud, très chaud, ce jour-là, sous le chapiteau mais la touffeur moite qui annonçait l’orage n’a pas entamé l’enthousiasme communicatif et l’énergie débordante des artistes.

Et c’est avec des yeux d’enfants que l’on a quitté le monde de Za et Krapote !

nez_pour_saimer (1)

 ♦

nez_pour_saimer (3)

nez_pour_saimer(4)

nez_pour_saimer (5)

nez_pour_saimer(6)

Read Full Post »

Il faisait beau, il faisait chaud et tous les sons étaient permis.
Heureux hasard du calendrier, la fête de la musique et le solstice d’été, cette année, tombaient un samedi soir. La foule était au rendez-vous, la musique pas forcément.
Les décibels vous assommaient au détour d’une rue ou d’un pâté de maisons, vous laissant presque sur le carreau.
Sur les places, de nombreux podiums vides, équipés d’enceintes géantes montées en pyramide, vous donnaient le coup de grâce avec une musique enregistrée, destinée à faire danser la jeunesse.
Pourtant, dans ce brouhaha, quelques poches de résistance permettaient d’apprécier ici ou là des groupes de vrais musiciens ou de chanteurs passionnés.
Parmi eux, Jack, bon pied bon œil, le panama vissé sur le crâne, l’accordéon rutilant.
Il est 1 heure du matin, Jack, 87 ans, tape le bœuf.

jack

jack_1

Read Full Post »

Ah ! Il ne fait pas semblant le gaillard, il met du cœur à l’ouvrage !

Il nous a tous pris de vitesse, le bougre. Pas question de lambiner au jardin !

Tout pousse à une allure folle et les tondeuses ont déjà pris un rythme hebdomadaire.

A ce train-là, au 1er mai, le muguet ne sera plus qu’un souvenir.

-oOo-

spring(3)

spring(2)

fougere

anemone_pulsatile

Pyrrhocoris apterus

spring(1)

Read Full Post »

Quelques clichés pris au Salon du Livre de Limoges le 5 avril dernier.

Beaucoup de monde, d’agitation dans les allées et une rumeur sourde, étouffante, que la chaleur, sous le chapiteau, décuple. Derrière les stands, alignés comme à l’étal, les auteurs attendent, le stylo en main. Plus que la qualité littéraire, c’est la notoriété que l’on mesure à la dimension des grappes de visiteurs devant les tables. A ce petit jeu, ce sont les people qui glanent les plus lourds essaims. On se bouscule, on joue des coudes pour venir les reluquer sous le nez, histoire de vérifier s’ils sont… comme à la télé et leur arracher le précieux autographe.

Parfois, les organisateurs ont dû baliser l’accès jusqu’à leur table où sont rangés les piles polychromes des livres qu’ils se sont, dans la plupart des cas, contentés de signer.

Apparemment, cette année, la tendance littéraire est à l’orange !

◊◊◊

De gauche à droite et en haut : Jacqueline Monsigny et son mari, le comédien américain Edward Meeks, Lola Sémonin.

En bas : Joëlle Gardes, Calixthe Beyala et Madeleine Chapsal.

◊◊◊

Pauline Delpech, « Souvenance », éd. Michel Lafon, mars 2013

pauline_delpech

◊◊◊

Michel Drucker, « De la lumière à l’oubli », éd. Robert Laffont,‎ 2013

m_druker_f

◊◊◊

Marion Game, « C’est comment votre nom déjà? », éd. de l’Archipel, 2013.

marion_game

Read Full Post »

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai toujours pensé qu’il manquait un jour entre samedi et dimanche.
Et la preuve qu’un remaniement du calendrier hebdomadaire s’impose, c’est qu’il y a moins d’heures dans les journées du samedi et du dimanche. Si si, je vous assure.
Je suis une femme… ça y fait peut-être.
Je dors trop le week-end ?
Certes, le réveil ne sonne pas à 5h10 comme le restant de la semaine mais pas de grasse matinée pour autant. Alors où filent-elles, ces heures ?
D’autant plus que ce week-end, c’est le pompon ! Sous prétexte de faire des économies, à 2 h du matin, on était sommé de faire avancer les pendules.
Je m’insurge, je crie au délit, au rapt d’heure, au kidnapping avec préméditation, au braquage en bandes organisées !
Les enfants se racontent des histoires : on dirait qu’elle n’existerait plus.
Moi j’ai envie de tout stopper et de dire : pouce, c’est pas de jeu !

Cliquez sur la photo pour l’agrandir.

P.S. J’ai cherché un nom à la journée qui viendrait s’intercaler entre le samedi et le dimanche mais je n’ai rien trouvé d’intéressant. Par contre, en anglais, je trouve que « Day-between » sonne bien.

 

Read Full Post »

Le beau temps ravit tout le monde et affole la nature.

Les fleurs et les bourgeons, harcelés par tant de soleil, ont explosé avec furie cette semaine.

Les papillons sont également de la partie. Ils tourbillonnent comme des fous et cherchent frénétiquement les rayons du soleil.

J’en ai même trouvé un qui jouait avec son ombre !

♦♦♦

pan_du_jour

♦♦♦

Read Full Post »

Dimanche c’était carnaval dans la ville.

Ici, pas question de rivaliser avec les célèbres et traditionnels carnavals des régions du Nord.

Qu’à cela ne tienne, cette année encore, Monsieur le Maire se félicite de la popularité grandissante et de l’ambiance bon enfant du défilé : sonos assourdissantes, chars bariolés, fanfares en tout genre, groupes folkloriques sautillants, majorettes emplumées et confetti à gogo.

Qui choisit le thème? Je l’ignore, mais cette année, c’était le voyage.

Un brin d’exotisme, de la couleur, des musiques d’ailleurs, des costumes scintillants et le tour est joué.

Il avait longtemps que je n’avais pas assisté à une cavalcade. En vérité, depuis que mon fils – qui n’en aurait pas raté une pour un empire –, a passé l’âge de vouloir, et par tous les temps, m’y traîner.

Personnellement je n’ai jamais été bonne cliente. Ces anciennes manifestations païennes ne se revendiquent plus que de la tradition. Pour ce que j’ai pu en juger aujourd’hui, elles peinent désormais à recruter, y compris chez les enfants. J’avoue que la désinvolture avec laquelle elles traitent souvent le bon goût m’empêche de le déplorer.

Au moins la photographie a-t-elle un avantage : impuissante à en rendre l’atmosphère sonore, elle n’en conserve que le meilleur.

Voyage en images.

Les Antilles

carnaval (2)

Inde

carnaval (9)

Pologne

carnaval (8)

Afrique

carnaval(13)

carnaval (4)

Pologne

Un modèle, deux photographes.

carnaval (1)

Ultime révision avant le départ !

carnaval (3)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »