Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Photos’ Category

Rouge dalhia

Les dernières fleurs du jardin.

Rouge_dalhia - 1

Rouge_dalhia - 2

 

Read Full Post »

Dans le golfe du Morbihan.

Carnac

Carnac_bis

Cimetière de bateaux sur l’ile de Berder.

cimetiere_bateaux_bis

Lever du jour.

lever_du_jour_bis

Port de Saint-Goustan à Auray.

Port_de_Saint_Goustan_bis

Intérieur du cairn de la « Table des Marchand » – Site mégalithique de Locmariaquer.

Table_des_Marchands_bis

La maison du pêcheur – Saint-Cado.

la_maison_du_pecheur_bis

Arche de Port-Blanc – Presqu’île de Quiberon.

Arche_de_port_blanc_bis

 

Read Full Post »

“Tag”, “graffiti”, “street art”… Où finit la délinquance, où commence l’art ? Épineuse question puisque hormis autorisation spéciale, commande d’ordre institutionnel ou privé, ces divers modes d’expression s’exercent toujours dans l’illégalité. Quant aux frontières de l’art, on serait bien en peine de s’accorder sur leur tracé même si, s’agissant de « l’art contemporain » (où tout semble permis et dont se réclament souvent les adeptes de ces pratiques), on serait tenté de citer cette formule de Raphaël Enthoven : « l’art contemporain est le théâtre d’une étonnante inversion au terme de laquelle il est plus facile d’être artiste que spectateur. » (Matière première, Gallimard 2013, page 112)

Or s’il est bien difficile d’être le spectateur des immondes badigeonnages et des infâmes « tags » qui défigurent les murs de nos villes, il faut reconnaître qu’on trouve parfois – quoique dans d’infimes proportions – quelques œuvres d’une telle facture qu’elles forcent le respect des services d’entretien municipaux eux-mêmes.

Trois dessins de Chriistian Beatch.

Portrait de Georges Guingouin, héros de la résistance limousine, sur un pont de Limoges qui porte son nom.

Portrait signé « Insomnia ».

Deux peintures de Guaté Mao. Cliquez ici pour voir d’autres œuvres de cet artiste, dans différentes villes.

Read Full Post »

Se mettre au vert

Le nez dans l’herbe.

fougere

coleoptere

sauterelle

Read Full Post »

… « Le coquelicot dresse dans les champs sa fleur sauvage et frêle, résistante et singulière, que personne n’a plantée, dont la flamme parcourt les champs comme un message. »

Marcel Proust – Jean Santeuil.

Read Full Post »

Blog1

Au Louvre, l’exposition Vermeer vient de fermer ses portes sur un immense succès. Pendant trois mois, les visiteurs, venus du monde entier, se sont pressés, tels des papillons attirés par la lumière, autour d’une douzaine de chefs-d’œuvre du maître hollandais.

La construction de ses tableaux, la rigueur de la perspective, la vision par plans, font dire à des experts que Vermeer aurait utilisé la camera obscura.

Ceci n’est qu’une hypothèse, mais ce qui est sûr, c’est que bien avant les impressionnistes, bien avant l’invention de l’appareil photographique, Vermeer s’est imposé comme le maître de la lumière. Cependant, alors que les impressionnistes – se sentant en quelque sorte dépossédés de leur art par une innovation technique qui en menaçait l’existence même – se concentreront exclusivement sur la lumière, Vermeer l’intègre à ses compositions, sans concession du détail ni de la précision, pour offrir au regardeur une qualité, un rendu et des effets que, précisément, longtemps après, les photographes du portrait chercheront à restituer.

Tombé dans l’oubli après sa mort en 1675, Vermeer n’est redécouvert que pendant la seconde moitié du XIXe siècle, après qu’en 1866, une série d’articles lui ont été consacrés par Théophile Thoré-Burger, dans la Gazette des Beaux-Arts. La première photographie couleur datant de 1861, il est bien tentant – quand on regarde ses tableaux aujourd’hui – de voir dans cette concomitance beaucoup plus qu’une coïncidence fortuite.

Vermeer a peint avec un regard de photographe et les photographes d’aujourd’hui n’ont pas fini de tirer les enseignements de sa technique.

Cliquez sur le lien ou l’image pour découvrir d’autres portraits de chaque photographe.

Read Full Post »

De jour en jour, d’heure en heure, le bruit des feuillages se fait plus épais. Enfin, un beau matin, je m’aperçois que la forêt de chênes taillis est recouverte uniformément d’une écume couleur d’absinthe. J’ai encore raté l’arrivée des feuilles nouvelles. Elles sont là, déjà dentelées. Alors, en une semaine, les dés sont jetées : les orages s’éloignent; les vents se calment, le ciel se découvre, le soleil s’installe, les joies cherchent lentement ceux qui sont destinés à jouir d’elles, et les trouvent. Le printemps est arrivé.

Le printemps en Haute Provence – Jean Giono.

BLOG16

BLOG2.jpg

Un écran vert a remplacé, à la fenêtre de la cuisine, le fouillis gris des bois d’hiver.

Pierre Bergounioux – Carnets de notes 2001-2010, p. 991.

BLOG15

Read Full Post »

Older Posts »