Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Escapades’ Category

Yant flat (ou Candy Cliffs) se trouve à une vingtaine de miles au nord-est de St. George (Utah). Le site, absent de la plupart des guides de voyage, est ignoré des touristes. Dommage pour eux, tant mieux pour nous.
On s’y rend à partir de Leeds, sur l’I 15, par une petite route qui se transforme bien vite en une piste tout à fait praticable mais déconseillée par temps de pluie. Au bout d’une dizaine de miles et à condition d’être vigilant faute de balisage, on parvient au départ du sentier pédestre qui conduit à Yant Flat après trois quarts d’heure de marche.
Arrivés au lever du jour, seuls sur cet incroyable site, on a pu profiter du calme et de la beauté de ces étendues de slickrocks striées de couleur orange et blanche.
C’est immense, ça monte, ça descend mais on s’y promène sans difficulté et à certains endroits, on a l’impression de marcher sur un dallage au dessin régulier qui semble sorti du stylo d’un paysagiste.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Yant-Flats

Slickrocks

Yant-Flats_B

Brainrocks

Yant-Flats (10)

Comme un dallage

Yant-Flats (7)

Deux photographes lourdement équipés sont arrivés au moment de notre départ. Une de leurs silhouettes en bas de l’image donne une idée des proportions du site.

Yant-Flats (5)

Yant-Flats (11)

Read Full Post »

On reprend la route. On change d’état, on quitte le Nevada pour entrer en Utah.
Étape à Hurricane près de Sand Hollow State Park et Zion National Park.

Utah_sign

Sand Hollow State Park

Un lieu créé pour la pratique de jeux d’eau (ski nautique, jet-ski) et pour le quad dans les dunes rouges.

Sand-Hollow

California quail ou colin de Californie

Le colin de Californie court plus souvent qu’il ne vole. Le mâle arbore fièrement un joli toupet de plumes, très en avant du crâne.

Pour entendre les différents cris du colin de Californie c’est ici et notamment le fameux chi ca go call.

En les pistant, j’ai très vite été démasquée et j’ai surtout entendu le cri pour avertir du danger, advertisement call.

California_quail

En arrivant sur Zion National Park

Zion

Read Full Post »

Retour au calme, retour à la nature dans le désert de Mojave.

A 50 miles au Nord-Est de Las Vegas, on visite Valley of Fire State Park, créé en 1935, qui doit son nom aux étonnants rochers de grès rouge, travaillés par l’érosion.

On aime la pierre, le désert, le minéral et la chaleur, là, on est comblés, tout y est.

De nombreux chemins de randonnées mènent aux différents points d’intérêt, arches, pétroglyphes, sculptures naturelles dans les roches, dômes de calcaires blancs et la fameuse Fire Wave, dune de sable pétrifié, transformée en grès dur, particulièrement photogénique au coucher du soleil.

Ces immenses espaces désertiques, ces décors grandioses ont inspiré les réalisateurs qui y ont tourné de nombreux films :
The Professionals de Richard Brooks (1966),
The Ballad of Cable Hogue, de Sam Peckinpah (1970),
Bite the bullet, de Richard Brooks (1975),
The stalking moon, de Robert Mulligan (1968),
Ulzana’s Raid, de Robert Aldrich (1972),
Casino, de Martin Scorcese (1995),
Total Recall, de Paul Verhoeven (1990),
Star Trek : Generations, de David Carson (1994).
Transformers, de Michael Bay (2007).

Fire wave

Valley_of_fire  (1)

Pétroglyphes amérindiens

Valley_of_fire  (7)

Fire Wave

Valley_of_fire  (2)

Écureuil de terre

Valley_of_fire  (4)

Décor de western

Valley_of_fire  (5)

Chuckwalla – Sauromalus Ater
Saurien de la famille des Iguanidae

Valley_of_fire  (3)

Lumière du soir sur la Valley

Valley_of_fire  (6)

Read Full Post »

Le décor de tous les fantasmes – pas les nôtres. Mais il s’agissait d’un passage obligé de notre parcours, alors pourquoi pas une balade sur le Strip ? On était déjà venus, notre première impression n’était pas bonne et cette nouvelle tentative d’apprivoiser l’endroit n’a pas été couronnée de succès.

Las Vegas, ça sent le fric et le toc, le luxe tapageur et la pacotille, ça sent l’esbroufe et l’arnaque.

Las Vegas, c’est le grand Barnum des apparences, la tristesse en habit de lumière, le paradis des rêves étroits, l’oasis des imaginaires minuscules, où le placage des faux vernis et des faux semblants proclame le triomphe du clinquant et du mauvais goût.

Las Vegas, c’est aussi le terminus des vieux trains de la gloire où viennent s’égosiller, sous les sunlights de théâtres en stuc, les ringards essoufflés de la scène, depuis longtemps oubliés – ou que l’on croyait morts – mais dont les affiches ont toujours vingt ans.

Las_Vegas_B (1)

 ◊

Paris

Las_Vegas_B (2)

Las_Vegas_B (6)

New-York

Las_Vegas_B (4)

Danseurs sur le strip

Las_Vegas_B (5)

Le café Harley Davidson

Las_Vegas_B (8)

Hard rock Café

Las_Vegas_B (9)

La tour Eiffel et spectacle jets d’eau de l’hôtel Bellagio

Las_Vegas_B (3)

Luminaires en pâte de verre, plafond du hall d’entrée de l’hôtel Bellagio

Las_Vegas_B (7)

Read Full Post »

Sur la Route 66, de Palm Springs à Las Vegas, impossible de louper ce petit motel à Amboy, Californie.

Amboy, c’est une usine de chlorure de sodium, une poste, 4 habitants (recensement, année 2000).

On se croirait dans un road movie.

Le Roy’s motel, ouvert dans les années 40, a fonctionné jusqu’à l’ouverture, en 1972, d’une autoroute (l’Interstate 40) qui a consacré son déclin.

En 2005, après plusieurs années d’abandon et une mise en vente infructueuse sur EBay, il a été restauré à l’identique par des nostalgiques passionnés. La célèbre enseigne et le toit incliné du hall d’entrée sont d’origine.

Le Roy’s motel a servi de décor à plusieurs films et des acteurs célèbres (Harrison Ford, Anthony Hopkins) y ont séjourné régulièrement.

L’enseigne du Roy’s motel – Amboy (Californie)

Palms_to_VegasB

The Mother road (John Steinbeck)

Palms_to_VegasB1

Red Rock Canyon

Les habitants de Las Vegas (Nevada) avaient profité du week-end pour fuir le bouillonnement de la ville et se mettre au vert.
Red Rock canyon, dans le désert de Mojave, n’est qu’à 20 km à l’Ouest de Sin City et il y avait beaucoup de monde sur le site et les chemins de randonnées. Peu habitués à cette affluence, on s’est contentés, ce dimanche-là, de la scenic drive.

Red_Rock Canyon B2

Tortue du désert (Gophère d’Agassiz)

Red_Rock Canyon B

Red_Rock Canyon B1

Read Full Post »

Retour d’un formidable périple dans l’Ouest américain, région que nous connaissons bien, mon compagnon et moi-même mais que l’on a découvert, cette fois, à la charnière de l’hiver et du printemps.
Plus de 7000 km parcourus, de la Californie au Montana en passant par le désert de Mojave, Red Rock Canyon et Valley of Fire, près de Las Vegas, puis les sommets enneigés et les lacs gelés des Rocheuses.
Quatre jours dans l’incroyable site de Yellowstone, puis traversée du Nevada et de ses villes-casinos, et retour en Californie par San Francisco, Monterey et Los Angeles.

Joshua Tree National Park se situe au sud de la Californie, à une trentaine de miles au nord-est de Palm Springs, dans le désert de Mojave. C’est une vallée hérissée de milliers de cactus, de gigantesques yuccas et d’énormes blocs granitiques empilés pêle-mêle qui font le bonheur des grimpeurs.
Comme dans tout désert, la vie est omniprésente et on peut y croiser des lézards, des renards, des tortues, des mouflons, des lapins à très grandes oreilles (black-tailed jackrabbits), des rats kangourous, des serpents, des coyotes, etc.

 (Cliquez sur les photos pour les agrandir).

Joshua tree

Au milieu du XIXe siècle, cette variété d’arbres fut rebaptisée « arbre de Josué » par des immigrants mormons qui crurent voir les bras du prophète Josué guidant les Hébreux jusqu’au pays de Canaan, leur Terre promise.

Joshua_Tree_B (2)

Beavertail cactus (Opuntia basilaris)

Joshua_Tree_B (4)

Hidden Valley

Joshua_Tree_B (5) ♦

Glossy snake

Joshua_Tree_B (7)

Joshua tree

Joshua_Tree_B (3)

Hidden Valley

Joshua_Tree_B (6)

 ♦

Cholla cactus

Joshua_Tree_B (8)

Claret cup cactus

Joshua_Tree_B (1)

L’escalade

Joshua_TreeB

Read Full Post »

Jour de chance dans la brousse.
On n’en croit pas ses yeux, le cœur s’emballe, la main se met à trembler et subitement on ne sait plus faire de photos.
Le léopard est difficile à repérer et à observer.
Il vit caché, chasse la nuit et se repose dans des lieux ombragés la journée.
Mais il est là, je te dis, dans l’arbre!
Passé le choc de la découverte, la photo, on la veut.
Rien ne va plus : Il est trop loin, on n’a pas le bon objectif, il est trop dans l’ombre, aïe, toujours cette branche au mauvais endroit…

On a peur de tout louper, on mitraille.

Léopard. Parc national Kruger, Afrique du Sud.

leopard_1

Read Full Post »

On va parfois bien loin pour voir des fauves quand les évènements récents nous prouvent qu’ils viennent jusqu’à nous.

Quant à ceux-là, on est ravi de croiser leur route.
Il faut ouvrir l’œil. Silence et connivence avec la nature sont leurs meilleurs amis mais le lion est paresseux, il passe son temps à dormir et facilite ainsi la traque du photographe.

Lion et lionceaux dans la réserve de Nkomasi.

lion_et_lionceaux

Lionne dans le parc national Kruger.

lionne

Lions dans le parc national Kruger.

lions(1)

Lionnes, mères des sept lionceaux (1ère et 5ème photos).

lionnes

Lion et lionceaux à Nkomasi.

lion_et_lionceaux(1)

Deux lions au repos dans le parc national Kruger.

lions

Aperçu de notre tente dans le lodge de Nkomasi.

Nkomasi

Le lodge est situé près d’une rivière tout aussi habitée que le bush.

P1300084

Read Full Post »

L’ombre du zèbre n’a pas de rayures.
On attribue cet aphorisme à René Char.

Les zèbres s’habillent en Prada, Dior ou encore Saint-Laurent, c’est du sur-mesure. Design, leurs robes sont des pièces uniques et dans le bush sud-africain, croyez-moi, le défilé est particulièrement réussi.
Chaque imprimé est une véritable signature ; ainsi les zèbres portent-ils avec fierté leurs empreintes digitales sur le dos.

Quant à leurs ombres, simples prêt-à-porter, je peux l’affirmer : toutes les mêmes, même coupe, même ton et pas de rayures !

zebresLes Red-billed oxpeckers ou pique-bœufs à bec rouge (Buphagus erythrorhynchus) débarrassent les animaux de leurs parasites (photo en haut, à droite).

zebres (2)

zebres (1)

zebres (3)

paint-brushPaintbrush (Scadoxus Puniceus)

En octobre, le printemps est annoncé par les paintbrushes qui parsèment le bush de taches orange lumineuses. Attention, la belle est attirante mais toxique de la racine à la pointe des feuilles !

zebre(4)

Read Full Post »

Par trois fois avant mon départ, on m’a posé une question étrange :

« Ah, vous allez en Afrique du sud ? Et dans quel pays ? »

Les luttes sanglantes contre l’apartheid (aboli en 1991) seraient-elles déjà oubliées ? Si tel est le cas, l’effrayant mot de Keynes : « L’éternité, ici-bas, c’est trois générations » devient une déclaration d’optimisme. Passons…

L’Afrique du sud est un beau, un très beau pays que la fin du régime de la honte n’a évidemment pas fait entrer dans le monde des Bisounours. L’égalité des revenus n’a guère progressé depuis la fin de l’apartheid et, corollairement peut-être, la criminalité y reste élevée et la corruption règne. L’apprentissage de la démocratie est un long processus, d’autant plus difficile en Afrique du sud qu’il intervient après des décennies d’obscurantisme, de tyrannie et de sauvagerie institutionnelle.

Sur les 4000 km qui nous ont conduits de Johannesbourg au parc Kruger en passant par le Drakensberg et le KwaZulu-Natal, on a croisé autant de motifs d’inquiétude que de raisons d’espérer. On essaiera, après ce second voyage, de ne conserver que ces dernières.

Soweto

Soweto, la seule ville au monde à avoir vu naître deux prix Nobel de la paix :
l’archevêque Desmond Tutu et le président Nelson Mandela.

Memorial_Pieterson

Soweto : le « Hector Pieterson Memorial », avec la photo de Hector Pieterson, cet écolier de 12 ans, première victime des violences policières lors des soulèvements de juin 1976.

entrée_du_musée_de_l'apartheidLa double entrée du musée de l’apartheid à Johannesbourg.
Un exemple d’humour noir à visée pédagogique.

jacaranda_Jo'Burg_bis

Jacaranda en fleurs dans Johannesbourg.

Johannesbourg (surnommée Joburg ou The Wild City), est située à plus de 1700 d’altitude dans une région aride, peu favorable à l’implantation humaine. Sa fondation en 1887 est le résultat d’une véritable ruée vers l’or, après la découverte d’un important gisement aurifère.

travaux_Jo'BurgLe taux de criminalité à Johannesbourg justifie même la protection des chantiers de construction.

township« Shanty houses » (bidonvilles) dans Soweto, habités principalement par des immigrés clandestins.

townshipDans un village, près de la frontière du Mozambique.

Orlando-towers_bis

Les « Orlando Towers », vestiges de l’ancienne centrale à charbon de Soweto, désaffectée en 1998.  L’une des tours sert aujourd’hui de panneau publicitaire, l’autre porte une fresque en hommage à Nelson Mandela et à la résistance noire. Elles sont aussi utilisées par les amateurs de sensations fortes et de sports extrêmes lors de concours de sauts à l’élastique (bungee-jumping).

panneau

Le « car-jacking », une pratique suffisamment courante pour que, dans certains secteurs, les autorités locales jugent utile d’alerter les automobilistes.

restaurant_soweto

Sowetan fast-food restaurant

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »