Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Escapades’ Category

“L’Aubrac, on y est dans l’air.
Jamais je n’ai eu ailleurs un tel sentiment d’être au milieu de l’air.
Je ne sais pas : c’est le site sans doute,
Ses longs pacages nus, et pas un arbre,
A peine de loin en loin de curieux hérissons de basalte :
Des bandes de montagnes et des bandes de vaches qui vaquent sans chiens
Entre d’interminables cordons de pierres grises ;
Des vaches d’un blond quelque peu âcre de gentiane et de silex,
Et qui, avec leurs grands yeux charbonnés de mauvaises femmes,
Ont plus de regard que les autres vaches…
C’est cela, et puis surtout c’est ce cristal,
Ce goût cru du vent, d’herbes amères, d’eau de neiges, un goût d’espace…
Oui, ses clartés, ses solitudes…
Et ses rivières pavées où l’eau glacée de truites court sur des hexagones de basalte…
Difficile de dire…
Mais l’Aubrac !
Ah ! L’Aubrac !…”

Henri Pourrat

Cascade du Déroc. Vue d’en haut et au bas de la chute.

AUBRAC(1)bis

Buron au lever du jour. Les sorbiers n’ont déjà plus beaucoup de feuilles.

AUBRAC(2)bis

Ciels d’Aubrac

Buron au petit matin. Croix de la Rode.

AUBRAC_bis

Taureau d’Aubrac.

AUBRAC(4)bis

Read Full Post »

Dans le golfe du Morbihan.

Carnac

Carnac_bis

Cimetière de bateaux sur l’ile de Berder.

cimetiere_bateaux_bis

Lever du jour.

lever_du_jour_bis

Port de Saint-Goustan à Auray.

Port_de_Saint_Goustan_bis

Intérieur du cairn de la « Table des Marchand » – Site mégalithique de Locmariaquer.

Table_des_Marchands_bis

La maison du pêcheur – Saint-Cado.

la_maison_du_pecheur_bis

Arche de Port-Blanc – Presqu’île de Quiberon.

Arche_de_port_blanc_bis

 

Read Full Post »

Il pleuvait à Paris…

Paris (11)

Locks encore et encore.

Paris (2)

On s’active à toute heure à la Brasserie Bouillon Chartier.

Paris (7)

Vincent Perez expose à la Maison Européenne de la Photographie dans le Marais.

Paris (6)

Également à la Maison européenne de la Photographie, Les Offrandes de Gao Bo.

D’après son dossier de presse, « l’œuvre de Gao Bo se situe aux frontières de la photographie, de l’installation et de la performance » (sic), l’artiste reprenant les tirages rapportés de ses voyages au Tibet pour les recouvrir d’encre, de peinture et même de son propre sang. Son objectif : « repousser les limites du médium photographique, questionner la disparition, la trace et le renouveau possible à travers un processus créatif aux frontières de la destruction » (sic). Le résultat est intéressant même si on se passerait de cette glose un peu ampoulée comme de la révélation des sacrifices qu’il consent pour y parvenir.

Petite éclaircie, juste avant la nuit.

Paris (5)

La Parisienne.

Read Full Post »

J’avais pensé aller voir la collection Chtchoukine à la Fondation Vuitton et puis ça ne s’était pas fait. L’annonce, courant février, de la prolongation d’une semaine de l’exposition m’offrait une dernière chance et, comme si la ville lumière craignait que cela ne suffît pas, elle en rajoutait – si l’on peut dire – une couche avec l’ouverture, au Louvre, de la rétrospective Vermeer.

L’escapade parisienne, rapidement mise sur pied, s’annonçait pluvieuse. Qu’à cela ne tienne, Paris sous la pluie a ses charmes, surtout si l’on est en couple et qu’on n’emporte qu’un parapluie.

Il devait pleuvoir, il a plu. Pour le reste, c’était une réussite totale et nous avons enchaîné, sans attente et sans bousculade – grâce à un faisceau de circonstances heureuses – tous les évènements inscrits au programme.

D’abord, la Fondation Vuitton, qui avait lancé, pour cette dernière semaine, l’opération Morning Chtchoukine pour les lève-tôt nous permettant ainsi de découvrir dans d’excellentes conditions l’architecture du bâtiment comme l’incroyable collection du marchand de tissu moscovite. Dans la foulée, un crochet par le musée Marmottan où débutait l’exposition Pissarro concluait une première journée sans faute.

Le lendemain, c’était Vermeer, au Louvre, où là encore, notre bonne étoile nous a permis d’atteindre, en moins de ¾ d’heure, les cimaises où sont accrochés 12 tableaux du maître de la lumière (soit un tiers de sa production) et même s’il n’y avait pas le petit pan de mur jaune de la vue de Delft, on comprend assez vite ce qui faisait dire à Bergotte, ce personnage de Proust : « C’est comme ça que j’aurais dû écrire ».

On prend son temps devant Matisse.

Paris (1)

Il manquait de soleil sur « L’Observatoire de la lumière » de Daniel Buren, installation temporaire de 3600 verres colorés sur les voiles de la Fondation Vuitton.

Paris (4)

Poissons rouges – Henri Matisse.

Paris (3)

La cueillette des fruits – Paul Gauguin.

Le déjeuner sur l’herbe – Claude Monet.

Sept heures du matin, pour le Morning Chtchoukine.

Read Full Post »

Balade en Limousin dans le parc naturel régional des Millevaches qui répartit ses 1800 km² entre la Corrèze, le sud de la Creuse et l’extrême sud-est de la Haute-Vienne.

L’étymologie de son nom reste contestée (cf. Wikipedia), mais le décompte des bêtes à cornes n’est pour rien dans la dénomination. Parmi les diverses origines avancées, la plus généralement admise est celle qui y voit le plateau des milles sources (mille vacca).

plateau_de_millevaches

Pont de Senoueix sur le Thaurion.

pont_de_senoueix

Pays de l’eau, du hêtre, du pin Douglas, de la lande à bruyère et de la tourbière (e.g. tourbière de Longeyroux), le plateau des Millevaches est aussi l’habitat naturel d’une faune variée, dont la loutre d’Europe qui est devenue l’emblème du parc et qui figure sur le logo officiel.

Lande à bruyères.

tourbiere_de_longeyroux-1

La tourbière de Longeyroux, vieille de 8 000 ans, aux sources de la Vézère.

tourbiere_de_longeyroux-2

tourbiere_de_longeyroux-3

Le pont « La pierre ».

pont_la_pierre

Vaches limousines.

vache_limousine

Read Full Post »

La semaine du 11 au 18 juin n’était pas forcément le meilleur choix pour un séjour sur l’île de Ré. La précédente avait été radieuse et Météo France nous promettait l’été pour la suivante. Mauvaise pioche ! Comble de l’ironie, on avait réservé à La Flotte, ce qui nous valut quelques sourires et plaisanteries faciles de la part de notre entourage.

Confiants mais prévoyants, on était donc partis avec une provision de livres qui, dans le pire des cas, sauraient substituer les plaisirs de l’esprit aux joies des premiers coups de soleil.

Finalement, et n’en déplaise aux Cassandre qui, sur le continent, passeraient une semaine sous un ciel d’encre, l’influence du cycle des marées ménagea des embellies quotidiennes que l’on mit à profit pour de longues balades à pied ou bicyclette entre les vignes, les villages, les plages et les anciens marais salants transformés en réserve naturelle de centaines d’oiseaux.

Marée basse. Rues de la Flotte-en-Ré. Les baudets du Poitou.

BLOG_RE(3)

Réserve naturelle de Lilleau des Niges. Echasse blanche dans son nid.

BLOG_RE(4).jpg

Balade dans les vignes.

BLOG_RE(1)

Les cagouilles.

BLOG_RE(2)

Read Full Post »

La table est mise

Le_chateau_de_Tintin_(suite) (3)

Détails d’une peinture sur glace

Le_chateau_de_Tintin_(suite) (4)

Point de lumière dans le vestibule

Le_chateau_de_Tintin_(suite) (2)

La chambre de la mariée

Le_chateau_de_Tintin_(suite) (1)

Read Full Post »

Older Posts »